Accueil Actualités Ne sous-estimez pas la puissance du gaz naturel pour transformer l’Afrique (Par...

Ne sous-estimez pas la puissance du gaz naturel pour transformer l’Afrique (Par NJ Ayuk)

350
0

L’industrie gazière du continent est au bord d’une véritable transformation, comme l’indique la Chambre africaine de l’énergie (AEC) dans sess Perspectives énergétiques en Afrique 2021

JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 30 novembre 2020/ — Par NJ Ayuk, président, Chambre africaine de l’énergie (EnergyChamber.org)

L’Afrique a déjà fait une marque indélébile dans l’industrie pétrolière. Elle abrite quatre des 20 plus grands producteurs de pétrole brut au monde – le Nigéria, l’Angola, l’Algérie et la Libye – et ces quatre mêmes pays possèdent également certaines des plus grandes réserves de pétrole du monde.

On ne peut pas, en revanche, en dire autant de l’industrie du gaz. Les seuls pays africains figurant sur la liste des 20 plus grands producteurs de gaz du monde sont l’Algérie et le Nigéria, et l’un des États qui possède les plus grandes réserves de gaz est le Mozambique, qui est encore à plusieurs années de mettre en service ses principaux champs.

Mais l’écart entre le pétrole et le gaz africains n’a pas à être permanent. L’industrie gazière du continent est au bord d’une véritable transformation, comme l’indique la Chambre africaine de l’énergie (AEC) dans sess Perspectives énergétiques en Afrique 2021 (Africa Energy Outlook 2021), publiées au début du mois. Je voudrais décrire quelles formes ce changement pourrait prendre – et expliquer comment ces changements profiteraient aux Africains.

Nouvelles sources de production

Certains des changements que je prévois vont se produire dans le secteur en amont, c’est-à-dire dans le domaine de l’exploration et de la production.

Premièrement, les principaux producteurs actuels du continent sont susceptibles de produire davantage. Les États d’Afrique du Nord tels que l’Égypte et l’Algérie seront responsables d’une partie de cette augmentation, car ils cherchent à accélérer le développement des gisements de gaz naturel existants. Mais une autre partie de celui-ci proviendra de programmes conçus pour réduire le torchage du gaz associé trouvé dans les champs pétrolifères. Le Nigéria et l’Angola, par exemple, prévoient d’étendre l’utilisation du gaz associé. Le premier vise à livrer sa production sur le marché intérieur, tandis que le second cherche à répartir sa production entre le marché local et le projet Angola LNG orienté vers l’exportation.

Le résultat de ces tendances est que la liste des principaux producteurs de gaz d’Afrique restera probablement statique jusqu’au milieu de la décennie. Comme l’expliquent les perspectives de la Chambre : « Les cinq premiers producteurs de pétrole brut (du continent) – le Nigeria et l’Angola à l’ouest, et l’Algérie, l’Égypte et la Libye au nord – complètent les cinq premiers producteurs de gaz naturel pour 2020 et 2021. Ces cinq pays contribuent à environ 90% de la production totale de gaz naturel du continent pour ces deux années, et les prévisions attendues suggèrent que la part de ces pays restera la même au milieu des années 2020.

À ce stade, cependant, les nouveaux producteurs commenceront à jouer un rôle plus important. Le Mozambique devrait lancer son premier projet dans la zone 1 en 2024, et sa zone offshore pourrait devenir une source majeure de gaz naturel d’ici 2025-2026. La zone offshore Mauritanie-Sénégal pourrait suivre un calendrier similaire, car les blocs du Grand Tortue / Ahmeyim (GTA) pourraient commencer à produire du gaz naturel en 2023, suivis plus tard par les projets Yakaar-Teranga et BirAllah. De plus, les quatre projets mentionnés dans ce paragraphe soutiendront des usines de liquéfaction de gaz capables de produire et d’exporter du GNL.

D’ici la fin de la décennie, plus de cinq pays représenteront donc l’essentiel de la production totale de gaz en Afrique. Le Nigéria, l’Angola, l’Algérie, l’Égypte et la Libye seront rejoints par au moins trois autres – le Mozambique, la Mauritanie et le Sénégal.

Consommation intérieure et exportations

Pendant ce temps, les modèles de consommation vont évoluer avec les modèles de production. Une fois de plus, ce changement est susceptible de commencer une fois que les nouveaux champs importants des provinces du Mozambique et de la Mauritanie / Sénégal seront mis en service.

Le changement n’est peut-être pas évident au niveau macro, car il ne sera pas évident dans la division entre les exportations et la consommation intérieure. Autrement dit, l’Afrique continuera à utiliser environ 70% du gaz qu’elle extrait et continuera à exporter les 30% restants. Cependant, comme l’indiquent les perspectives de l’AEC, la géographie des exportations de gaz africains ne restera pas statique.

« Le modèle est relativement stable depuis 2012, avec environ 70% des marchés locaux, 20% des exportations vers l’Europe et 10% des exportations vers l’Asie », indique le rapport. « Les startups de projets de GNL du milieu des années 2020 devraient également fausser cette image en augmentant la part de marché des exportations de GNL en Asie de l’Est. Cette évolution n’est cependant pas (une conséquence) de la demande croissante des marchés locaux, mais plutôt de la capacité réduite des pays d’Afrique du Nord à maintenir leur capacité d’exportation vers l’Europe grâce à une forte croissance de la demande intérieure. D’ici à 2030, on s’attend effectivement à ce que l’Asie de l’Est et l’Europe soient inversées, tandis que la part du marché intérieur reste constante. »

En bref, l’Afrique est en passe de produire plus de gaz d’ici la fin de la décennie, mais conservera la même part du total pour son propre usage. Dans le même temps, l’Asie remplacera l’Europe en tant que marché le plus important pour les exportations de gaz africains.

Gaz naturel = emplois

Ces tendances sont intéressantes, mais vous voudrez peut-être demander : que signifient-elles pour les Africains ordinaires, pour les personnes qui sont moins préoccupées par les données de production et les balances commerciales que par les questions sur la manière de soutenir leur famille ?

Elles signifient beaucoup.

Comme je l’ai mentionné, le rapport sur les Perspectives énergétiques en Afrique 2021 prévoit que la production de gaz en Afrique va augmenter, en particulier après la mise en service de nouveaux champs et une accélération du développement au milieu de la décennie. Il prévoit également que la consommation de gaz en Afrique augmentera, même si la consommation intérieure continue d’absorber 70% de la production totale.

Au fur et à mesure que la production augmentera, les opérateurs en amont créeront des emplois. Ils auront besoin de personnes pour les aider à construire, exploiter, entretenir et réparer des installations de production, de transport et de traitement. Ils auront également besoin de personnes pour administrer leurs opérations locales. De plus, ils devront respecter les exigences légales ou les engagements contractuels pour le contenu local, ils devront donc engager des entrepreneurs africains. Ces entrepreneurs africains, à leur tour, auront besoin d’employés de toutes sortes et embaucheront donc des travailleurs africains.

Et à mesure que la consommation augmente, davantage d’emplois seront créés. Les distributeurs auront besoin de nouveaux pipelines pour livrer le gaz aux utilisateurs finaux, ils auront donc besoin de personnes qui peuvent les aider à construire, exploiter, entretenir, réparer et administrer ces pipelines, ainsi que les infrastructures associées telles que les dépôts de stockage. Et même en l’absence de pipelines, ils devront acquérir des camions-citernes et des conteneurs afin de pouvoir apporter du gaz aux clients par route, rail ou fleuve. En conséquence, ils auront besoin de personnel pour se procurer, exploiter, entretenir, réparer et administrer ces opérations.

En attendant, il y a plus. L’embauche d’un plus grand nombre de travailleurs africains aura certainement des répercussions. Si, par exemple, les employés des opérateurs en amont ont besoin d’un moyen de se rendre sur un chantier éloigné, les entreprises de transport locales peuvent être en mesure de les desservir. Si tel est le cas, ces sociétés de transport devront peut-être embaucher plus de personnes pour conduire leurs véhicules. De même, si les entreprises de construction africaines doivent se procurer des matériaux de construction supplémentaires pour respecter leurs contrats avec les opérateurs en amont, les fournisseurs locaux peuvent être en mesure de répondre à leurs besoins. Et si tel est le cas, ces fournisseurs locaux devront peut-être embaucher davantage de personnes pour gérer leur inventaire.

En d’autres termes, à mesure que l’industrie du gaz en Afrique se développe, elle a le potentiel de créer des milliers et des milliers d’emplois ! Bien entendu, certains d’entre eux, comme les emplois dans la construction, seront temporaires. Certains d’entre eux seront cependant plus permanents, surtout si les gouvernements des États producteurs de gaz travaillent avec les opérateurs en amont pour développer des normes locales de recrutement et de formation qui élargissent la capacité de la main-d’œuvre locale.

Tout au long de la chaîne de valeur

Mais l’effet d’entraînement ne doit pas s’arrêter là.

Dans mon livre le plus récent, ‘Des milliards en jeu : L’avenir de l’énergie et des affaires en Afrique’, j’ai exhorté les producteurs africains de pétrole et de gaz à regarder aussi loin que possible la chaîne de valeur. Je leur ai conseillé de poursuivre des projets qui traitaient les hydrocarbures non seulement comme des matières premières exportables mais comme des intrants pour des opérations à valeur ajoutée telles que la fabrication d’engrais ou de produits pétrochimiques. J’ai également suggéré qu’ils recherchent des moyens de se concentrer sur les projets de production d’électricité à partir du gaz dans le but d’améliorer l’approvisionnement domestique en électricité – et pas seulement parce que de nouveaux réseaux électriques profiteraient aux entreprises africaines.

Il est vrai, bien sûr, que certaines entreprises africaines pourront créer plus d’emplois si elles n’ont pas à se soucier des pannes d’électricité. De même, il est vrai que les projets de production thermique au gaz créeront leurs propres emplois dans des domaines tels que la construction, l’exploitation, l’entretien et l’administration. Mais il est également vrai que les ménages africains ont besoin et méritent d’avoir accès à des approvisionnements énergétiques fiables, quel que soit leur niveau d’emploi – et que les plans de gas-to-power peuvent les aider !

Je ne suis pas la seule personne à arriver à cette conclusion. Quand j’ai écrit Des milliards en jeu, plusieurs pays africains avaient déjà mis en place d’ambitieux projets de gas-to-power. Le Nigéria, par exemple, était en train de mettre en œuvre un programme de promotion du gaz associé comme combustible pour les nouvelles centrales électriques. Depuis, d’autres ont emboîté le pas. Par exemple, comme l’indiquent les Perspectives énergétiques de la Chambre, le Sénégal a dévoilé des plans visant à utiliser sa future production de gaz pour produire de l’électricité pour le marché intérieur. Le Mozambique a déjà quelques projets de production de gaz à l’électricité en préparation.

Mais cela ne devrait pas s’arrêter là. J’aimerais voir plus de producteurs de gaz faire cela alors qu’ils accélèrent la production de gaz dans la seconde moitié de la décennie. S’ils le font, ils auront accompli quelque chose au-delà de la simple augmentation des niveaux de production. Ils auront pris des mesures concrètes pour renforcer leurs économies et profiter à leurs propres citoyens. Et ce faisant, ils auront laissé leur empreinte sur le monde !

NJ Ayuk est président de la Chambre africaine de l’énergie, PDG de Centurion Law Group et auteur de plusieurs livres sur l’industrie pétrolière et gazière en Afrique, notamment Des milliards en jeu : L’avenir de l’énergie et des affaires en Afrique.

Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.