Accueil Actualités Mines-Boffa: les populations de Soumbouyadi bloquent les activités de Chalco

Mines-Boffa: les populations de Soumbouyadi bloquent les activités de Chalco

1150
0

Depuis quelques jours les activités de la société chinoise Chalco sont en arrêts .En cause, les populations riveraines de la mine de l’entreprise chinoise demandent le respect de la politique du contenu local prônée par les autorités du pays à travers les articles 107, 108 et 109 du code minier.

Selon Ibrahima Sory BANGOURA, un habitant de Soumbouyadi, une des 14 localités traversées par le projet minier, l’entreprise minière refuse de respecter la politique du contenu local qui selon laquelle tous les emplois ne nécessitant pas une qualification, doivent revenir aux guinéens.

« Nous réclamons juste notre droit. Ce qui est écrit doit être respecter .Ce n’est pas un autre problème, la base de vie de la société chalco est construite sur nos terres. L’ancien préfet de Boffa, Moctar Brada DRAME avait délimité la zone, mais à notre surprise, la société Chalco a occupé nos domaines sans aucune forme de compensation. En aucun cas, nous n’avons été dédommagé par la compagnie minière chinoise qui opère dans la zone » a-t-il déclaré.

Plus loin il ajoute :« Le directeur préfectoral de l’habitat de Boffa, M. DIOUBATE est venu dire que cette zone est une zone réservée de l’Etat. Nous lui avons dit que ce n’est pas une zone réservée, mais plutôt un domaine qui nous appartient .Nous lui avons dit que la terre appartient à l’Etat mais lorsqu’on a besoin d’un domaine occupé par un citoyen, il y’a une procédure à suivre ».

Un autre jeune de la localité dénonce l’octroi du contrat de transport de la bauxite à une entreprise détenu par un cadre de la présidence de la république. « Nous avons des camions qui peuvent transporter la bauxite .Mais à notre surprise, c’est une autre société appelé ‘’Djoma Transport et logistic’’ qui assure le transport de la bauxite produite par Chalco.

Nous avons une société de gardiennage dénommé ‘’Fatala Sécurité à laquelle, les chinois ont refusé d’attribuer le contrat de surveillance. Nous pouvons assurer l’assainissement aussi. Mais tous
ces marchés ou contrats sont attribués à des entreprises de sous-traitance chinoises. . Hormis Djoma transport, aucune société
guinéenne ne bénéficie des marché de sous-traitance. Nous demandons le respect de la politique du contenu local prônée par le chef de l’Etat le professeur Alpha CONDE » ajoute CONDE Mamadi chargé des
relations au bureau communautaire de Soumbouyadi.

Le chargé des relations au bureau communautaire de Soumbouyadi se
dit inquiet pour sa sécurité car recevant des menaces de mort venant de certains responsables. « Hier j’ai reçu un appel vers minuit me menaçant. J’ai répondu à la
personne en disant les menace ne me font pas peur et je compte porter
plainte » a- t-il ajouté.

Le préfet de Boffa n’a pas voulu commenter le sujet. Il s’est contenter d’une simple déclaration. «Je ne peux rien vous dire d’abord avant que je ne rencontre les différentes parties.

Les dirigeants de la société quant à eux étaient inaccessibles par l’équipe de reportage déployée sur le terrain.

Selon une information de dernière minute, le préfet a convoqué les différentes parties mais toutes les tentatives du Colonel Abdouramane KEITA de les rapprocher sont restées sans suite car la société chinoise refuse toutes les propositions faites. Conséquence donc les travaux de l’entreprise restent toujours en arrêt jusqu’à nouvel ordre.

Mamoudou DIALLO