Accueil Actualités L’ONU renouvelle son engagement à aider les 32 pays en développement sans...

L’ONU renouvelle son engagement à aider les 32 pays en développement sans littoral à sortir de la pauvreté

834
0

Vue panoramique en dehors de Kathmandou, la capitale du Népal.

Cinq ans après avoir adopté un programme d’action pour aider les 32 pays en développement sans littoral à sortir de la pauvreté, les Etats membres des Nations Unies ont renouvelé jeudi les engagements qu’ils avaient pris en 2014.

Ces engagements sont contenus dans une Déclaration politique qui a été adoptée au début d’une réunion pour faire le point, à mi-parcours, de la mise en œuvre du Programme d’action de Vienne.

« Nous sommes tous parfaitement conscients des désavantages géographiques auxquels sont confrontés les 32 pays en développement sans littoral », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, dans un discours lors de cette réunion de deux jours au siège de l’ONU à New York.

Ces pays sont souvent éloignés des marchés mondiaux, n’ont pas accès aux ports maritimes et dépendent des conditions prévalant dans les pays voisins, qui sont souvent des économies en développement. Ils font également face à des coûts élevés de commerce et de transport, ainsi qu’à des infrastructures limitées ou de qualité médiocre. En raison de ces facteurs, le niveau de développement de ces pays est environ 20% inférieur à ce qu’il serait s’ils avaient un accès maritime.

Le chef de l’ONU a noté jeudi les progrès réalisés depuis l’adoption en 2014 du Programme d’action de Vienne, dont l’objectif est d’améliorer les économies de ces pays qui souffrent d’une géographie difficile.

Le Secrétaire général de l’ONU a relevé en particulier une augmentation du produit intérieur brut réel par habitant et des progrès encourageants sur certains indicateurs liés à la santé, à l’éducation, à l’énergie, à l’égalité des sexes et aux technologies de l’information et de la communication.

Il a aussi noté les travaux en cours sur la connectivité des transports afin de développer des corridors économiques et de transit et s’est félicité des opportunités offertes par l’Accord de libre-échange continental africain et l’Accord de facilitation des échanges de l’Organisation mondiale du commerce.

« Les pays en développement sans littoral ont également bénéficié d’une augmentation modeste de l’aide publique au développement qui leur est accordée depuis 2014, ainsi que d’une aide accrue au commerce et de la coopération Sud-Sud », a déclaré M. Guterres.

Mais, le chef de l’ONU estime qu’il faut faire plus. L’intégration commerciale des pays en développement sans littoral est faible et ils représentent moins de 1% des exportations mondiales. Plus de 80% de leurs exportations sont des produits primaires et des ressources naturelles. Leurs infrastructures restent inadéquates et les investissements directs étrangers ont continué de diminuer. Et comme tous les pays, les pays en développement sans littoral sont confrontés aux conséquences de plus en plus graves de la crise climatique mondiale.

Ces défis sont encore plus graves et la croissance encore plus limitée pour les 17 pays sans littoral qui font aussi partie des pays les moins avancés.

Dans ce contexte, le chef de l’ONU estime que les partenaires de développement doivent travailler ensemble pour mobiliser des ressources et les orienter vers des domaines hautement prioritaires qui favorisent la croissance.

Il juge également nécessaire d’intensifier le financement innovant des infrastructures et d’aider les pays en développement sans littoral à renforcer leur secteur privé et à améliorer le climat des affaires.

« Le renforcement de l’assistance technique et le soutien au renforcement des capacités est crucial. Et comme toutes politiques et décisions doivent reposer sur des données, le renforcement des systèmes statistiques nationaux est également indispensable », a dit le Secrétaire général.

De son côté, le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Tijjani Muhammad-Bande, a souligné les efforts pour aider les pays en développement sans littoral.

Selon lui, la Déclaration politique adoptée par les Etats membres témoigne de la force du multilatéralisme. « La Déclaration politique nous fournit une feuille de route permettant d’aligner les objectifs du Programme d’action de Vienne sur les objectifs de développement durable (ODD) », a-t-il déclaré.

« Les pays en développement sans littoral risquent d’être laissés pour compte. Leur croissance économique a diminué au cours des cinq dernières années et un tiers de leur population vit dans une pauvreté extrême», a-t-il ajouté. « Nous devons changer cette sombre situation ».