Accueil Actualités Le Président américain Donald Trump estime qu’une ONU efficace doit s’attaquer «...

Le Président américain Donald Trump estime qu’une ONU efficace doit s’attaquer « aux vrais problèmes du monde »

298
0

Le Président américain Donald Trump (sur l’écran) prononce un discours lors du débat général de la 75e session de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Le Président américain, Donald Trump, a livré, mardi, lors du débat général de la 75e Assemblée générale des Nations Unies, une attaque en règle contre la Chine et vanté la supériorité militaire et les succès diplomatiques des Etats-Unis.

« Soixante-quinze ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale et la fondation des Nations Unies, nous sommes une nouvelle fois engagés dans une grande lutte mondiale », a alerté M. Trump dans une allocution vidéo diffusée dans la salle de l’Assemblée générale. « Nous avons mené une bataille féroce contre l’ennemi invisible – le virus chinois – qui a fait d’innombrables victimes dans 188 pays », a-t-il ajouté, en référence au nouveau coronavirus qui a fait son apparition en Chine fin décembre 2019.

Le 45e Président des Etats-Unis estime que Pékin doit rendre des comptes pour la propagation mondiale de la Covid-19. Il a également accusé l’Organisation mondiale de la santé (OMS) – agence onusienne dont se sont retirés les Etats-Unis cette année, d’être « pratiquement contrôlée par la Chine » et appelé l’ONU à tenir le gouvernement chinois « responsable de ses actes ».

M. Trump a également accusé le gouvernement chinois de pratiquer des « décennies d’abus commerciaux » et d’être responsable de détruire l’environnement, en polluant les océans et l’atmosphère. « Les émissions de carbone de la Chine sont presque le double de celles des États-Unis, et elles augmentent rapidement », a-t-il dit.

A ceux qui critiquent le retrait américain de l’Accord de Paris sur le climat, M. Trump a répondu que les Etats-Unis réduisent leurs émissions de carbone « plus que n’importe quel autre pays visé par l’accord ». « Ceux qui attaquent le record environnemental exceptionnel de l’Amérique tout en ignorant la pollution endémique de la Chine ne s’intéresse pas à l’environnement. Ils veulent seulement punir l’Amérique et je ne le supporterai pas », a-t-il dit.

« Si l’ONU veut être une organisation efficace, elle doit se concentrer sur les vrais problèmes du monde », a insisté M. Trump, citant le terrorisme, l’oppression des femmes, le travail forcé, le trafic de drogue, la traite d’êtres humains et l’esclavage sexuel, la persécution religieuse et le nettoyage ethnique des minorités religieuses. « L’Amérique sera toujours un chef de file en matière de droits de l’homme », a-t-il ajouté.

Selon le Président des Etats-Unis, « la prospérité américaine est le fondement de la liberté et de la sécurité partout dans le monde ». M. Trump a loué le bilan économique de son administration – « en trois ans, nous avons construit la plus grande économie de l’histoire – et nous le faisons rapidement encore » – et la supériorité militaire de son pays – « nous avons l’armée la plus puissante du monde », se vantant d’avoir consacré 2.500 milliards de dollars au budget militaire les quatre dernières années.

« En adoptant une approche différente, nous avons obtenu des résultats différents »

Devant l’Assemblée générale où il s’exprimait pour la quatrième année de suite, M. Trump a insisté sur les réussites de sa politique étrangère. Il a ainsi vanté la revitalisation de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) « où d’autres pays paient désormais une part plus juste ».

Concernant l’Amérique latine, il a mis au crédit de son administration la conclusion de « partenariats historiques » avec le Mexique, le Guatemala, le Honduras et le Salvador pour mettre fin au trafic d’êtres humains et rappelé que son pays est « aux côtés des peuples de Cuba, du Nicaragua et du Venezuela dans leur lutte juste pour la liberté ».

Sur le Moyen-Orient, le Président des Etats-Unis s’est félicité d’avoir décidé le retrait américain du « terrible accord nucléaire iranien » et d’avoir imposé des « sanctions paralysantes au premier État commanditaire mondial de la terreur ».

Le Président américain, candidat à sa réélection le 3 novembre prochain, a également mis à son crédit la signature de deux accords de paix entre Israël d’une part, et les Émirats arabes unis et Bahreïn d’autre part. « Ces accords de paix révolutionnaires marquent l’aube d’un nouveau Moyen-Orient », a-t-il affirmé.

« En adoptant une approche différente, nous avons obtenu des résultats différents. Des résultats bien supérieurs », a-t-il assuré, ajoutant que les États-Unis s’emploient également à mettre fin à la guerre en Afghanistan.

Répétant devant l’Assemblée générale des Nations Unies sa vision de « l’Amérique d’abord », M. Trump a déclaré que son pays « accomplit (son) destin en tant qu’artisan de la paix. Mais c’est la paix par la force ».