Accueil Actualités Le nouveau Fonds pour l’assainissement et l’hygiène permettra d’accroître les investissements, selon...

Le nouveau Fonds pour l’assainissement et l’hygiène permettra d’accroître les investissements, selon l’ONU

301
0

© UNICEF/Antoine Raab
Des enfants d’une école au Cambodge se lavent les mains à l’aide d’une installation d’eau fournie par l’UNICEF.

Le Fonds pour l’assainissement et l’hygiène sera essentiel pour accroître considérablement les investissements afin que chacun puisse bénéficier de services d’assainissement, a déclaré la Vice-Secrétaire générale des Nations Unies lors du lancement mardi de ce nouveau mécanisme de financement destiné à injecter des milliards de dollars dans le secteur de l’assainissement.

S’exprimant à l’occasion du lancement du nouveau fonds, Amina J. Mohammed a déclaré que des pratiques sûres en matière d’assainissement et d’hygiène « étaient indispensables à la réponse que nous voulons apporter, avant tout parce qu’il s’agit d’une question de dignité humaine. Ensuite, parce qu’il s’agit d’une question de santé ».

La pandémie de coronavirus a mis en évidence le rôle fondamental que jouent l’assainissement et l’hygiène pour arrêter la propagation des maladies. Mais elle a également mis en évidence les vastes inégalités qui existent en matière d’accès à l’assainissement, à l’hygiène et à la santé menstruelle.

La Vice-Secrétaire générale a souligné que « l’hygiène de base consistant à se laver les mains et à pouvoir disposer de toilettes accessibles est essentielle [pour développer des communautés saines] à long terme ».

Le Fonds pour l’assainissement et l’hygiène cherche à obtenir 2 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années afin d’aider les pays à mettre l’assainissement, l’hygiène et la santé menstruelle à la portée de tous.

« Nous savons que l’argent, bien utilisé, a la capacité de générer des changements positifs et durables », déclare Dominic O’Neill, Directeur général du Fonds pour l’assainissement et l’hygiène. « Ce n’est pas seulement une lutte pour améliorer la santé, c’est un combat pour le respect et les droits humains fondamentaux et pour mettre fin à la stigmatisation ».

L’assainissement, un grand facteur d’égalisation pour les enfants

La Directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Henrietta Fore, a qualifié l’assainissement et l’hygiène de « grand facteur d’égalisation pour les enfants ».

« Pendant un confinement, comment faire face au fait que votre famille ne dispose pas de toilettes ? C’est particulièrement difficile pour les filles et les femmes. Si tout le monde avait accès à des installations sanitaires et à l’hygiène dans les foyers, dans les écoles, dans les centres de santé et dans les communautés, cela ferait une énorme différence dans notre monde », a-t-elle déclaré. « Un bon assainissement doit être un bien public. Les gouvernements doivent s’approprier le fait que l’assainissement est leur problème à résoudre et qu’ils ont les moyens de le régler ».

Actuellement, la moitié de la population mondiale n’a pas accès à des services d’assainissement gérés en toute sécurité. 620 millions d’enfants fréquentent des écoles dénuées de toilettes. Une école sur trois ne dispose même pas des services d’assainissement et d’hygiène de base, et un établissement de santé sur cinq n’a aucun service d’assainissement.

L’absence d’assainissement et d’hygiène est coûteuse économiquement

Le coût de l’absence d’installations d’assainissement et d’hygiène est estimé à 222 milliards de dollars par an et se traduit en perte de productivité et de production économique ainsi qu’en augmentation des dépenses de santé.

Saluant le Fonds comme un « dispositif important pour accroître et catalyser les investissements publics », Zsuzsanna Jakab, Directrice générale adjointe de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), a souligné que les investissements dans l’assainissement et l’hygiène étaient rentables. « Les bénéfices économiques de l’assainissement sont environ cinq fois supérieurs au coût, et le coût de l’inaction est bien plus élevé », a-t-elle dit.

« Dans un monde secoué par de profonds bouleversements sociaux et économiques face à la pandémie de Covid-19, le lancement du Fonds pour l’assainissement et l’hygiène offre une lueur d’espoir. Il est urgent d’en faire plus. Ce fonds apportera des financements indispensables pour l’assainissement, l’hygiène et la gestion de la santé menstruelle », a déclaré Gilbert Houngbo, président d’ONU-Eau et du Fonds international de développement agricole (FIDA)