Accueil Actualités Le Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts a présenté une communication...

Le Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts a présenté une communication sur les préparatifs de la COP 25 qui se tient à Madrid (Espagne) du à2 au 13 décembre 2019

1240
0

Notre pays la République de Guinée, en ratifiant la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) a l’obligation, à l’instar des autres pays parties, de préparer des communications nationales comprenant des inventaires nationaux des Gaz à effet de serre (GES), des Etudes de vulnérabilité de différents secteurs d’activités, la définition des plans nationaux sur les mesures d’atténuation et d’adaptation aux effets des changements climatiques, la révision et la mise, en œuvre de la contribution déterminée au niveau National (CDN).

La mise en œuvre de la contribution déterminée au niveau national (CDN), adoptée en 2015, expose les engagements de notre pays dans l’effort global en dépit des faibles émissions de gaz à effet de serre dont il est auteur et des importantes absorptions faisant de lui un puits de carbone, comme ce fût le cas de la présente initiative présidentielle portant sur le reboisement.

La communication du Ministre en charge de l’Environnement vise à informer sur l’état d’avancement des préparatifs de la COP25

Selon le Ministre, En prélude de la 25ème conférence des Parties (COP25), prévue du 02 au 13 décembre 2019 à Madrid en Espagne, le Département à travers une plateforme de concertation, a organisé des séries de réunions préparatoires avec les représentants des Institutions Républicaines, des Départements ministériels, du secteur privé, de la société civile et des médias.

Le Ministre du Commerce qui a présenté une communication relative au programme de lancement des cartes biométriques de Commerçants

Le Ministre a indiqué que l’objectif visé par cette réforme est :

de constituer un fichier national biométrique des acteurs du commerce des biens et des servies sur l’ensemble du territoire national, leur donnant ainsi accès à un statut reconnu et valorisé ;
D’assurer un meilleur encadrement des activités-commerciales à travers une catégorisation des acteurs-commerçants de biens et de services ;
D’améliorer l’environnement du commerce de d’accompagner les acteurs du secteur informel dans leur migration vers le secteur formel ;

de sécuriser les recettes issues de la vente des cartes de commerce ;
D’initier et mettre en œuvre tout programme, projet et / ou activité de professionnalisation des acteurs

Le Ministre du Commerce estime que la première opération va concerner environ 500.000 opérateurs du secteur du commerce, des biens et des services

A ce jour :

-Le centre de confection des cartes de commerçants biométriques, sis au Ministère du Commerce a été entièrement rénové et équipé ;

– Les essais techniques et la procédure de confection synchronisée avec la banque partenaire ont été réalisés ;

– Les organisations faîtières de commerce et les acteurs des principaux marchés de Conakry ont été informés ;

– Les affiches et autres moyens de communication ont été élaborés ;

– Une conférence de presse pour une large information des commerçants et des acteurs est prévue dans les jours à venir, avant le lancement officiel des opérations.

Le Conseil a apprécié cette initiative qui va permettre de disposer de statistiques précises dans le domaine d’une activité qui impacte fortement l’évolution économique du pays

Sixième papier

Le Ministre des Transports qui a soumis un projet de décret portant règlementation des véhicules d’occasion à l’importation

Le Ministre a indiqué que la République de Guinée est aujourd’hui l’un des plus grands importateurs de véhicules d’occasion en Afrique de l’Ouest. Au port de Conakry ce n’est pas moins de 3.000 à 4.000 véhicules d’occasion qui sont débarqués par mois et ceux-ci sont parfois dans un état tel qu’ils constituent des problèmes sur le plan de la sécurité routière et environnemental.

En effet ces véhicules qui ne font l’objet d’aucun contrôle technique spécial avant leur embarquement dans les pays de provenance sont mis en circulation dans notre pays sans aucune disposition particulière de sécurité.

Compte tenu de leur âge parfois très avancé, ces véhicules après quelque mois de service ne sont plus que des épaves qui tombent souvent en panne en pleine circulation.

Une autre conséquence non des moindres est l’émanation de gaz toxiques des échappements de ces véhicules qui polluent dangereusement l’environnement et provoquent des maladies chez nos populations.

Il est aussi à signaler que plus de 90% des véhicules débarqués au port de Conakry ne quittent pas notre Capitale et ses environs. Cette croissance exponentielle du parc automobile rend vain tout effort en faveur de l’amélioration de la fluidité de la circulation

L’importation de véhicules avec direction à droite est une violation des dispositions de notre code de la route qui priorise la circulation à droite.

Pour pallier à ce problème lié à l’importation des véhicules usagés, le présent projet de décret définit l’âge des véhicules à l’importation en tenant compte de leur catégorie. La limitation de l’âge des véhicules à l’importation permettra :

D’améliorer la fluidité de la circulation en réduisant le nombre de véhicule souvent en panne sur la voie publique ;
De réduire les accidents de circulation dus essentiellement aux défaillances mécanique et de freinage ;
De réduire les coûts d’exploitation des véhicules ;
De réduire la dégradation des routes, des coûts de leur entretien et répondre au besoin de transport avec des véhicules qui respectent les normes de charge et de gabarits fixés par le règlement 14 de l’UEMOA.

Un délai de trois mois sera accordé aux importateurs de véhicules pour se conformer aux dispositions du présent décret.

A la suite des débats intervenus ce projet a été adopté par le Conseil

Septième papier

Le ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie Numérique a présenté une communication sur le niveau de mise en œuvre de l’initiative présidentielle pour la connexion des écoles

Selon le Ministre, le président de la République dans le cadre de la qualification de l’enseignement et l’introduction des Technologies de l’information et de la Communication(TIC) est engagé à faire construire et équiper Deux cents (200) cyber-centre dans les établissements d’enseignement secondaire, supérieur et professionnels.

Ces centres, connectés à l’internet, permettront d’accroitre l’accès au savoir partager, les échanges entre élèves-étudiants de différents centres, entre apprenants et enseignants eux-mêmes.

L’objectif global est de doter l’ensemble des établissements secondaires et supérieurs publics et cyber-centres pouvant accueillir au moins 25 personnes à la fois.

Les objets spécifiques du projet sont :

Initiation des élèves/étudiants et enseignants à l’informatique
Initiation des élèves/étudiants et enseignants à l’utilisation de l’internet
Formation sur les logiciels de base( traitement de texte, calcul, etc.)
Sensibilisation sur les travaux dans l’écosystème de l’Internet

Chaque établissements doit mettre à la disposition du projet une salle suffisamment grande et pouvant accueillir :

Le mobilier pour 25 ordinateurs, de bureaux
Un bureau (box) pour le gérant
Un vidéoprojecteur

Les cyber-centre seront utilisés principalement pour :

L’apprentissage de l’informatique,
L’accès à l’internet,
La documentation en ligne (bibliothèque virtuelle)
Le partage de contenus entres établissements et entre enseignants,
Centre de formation des formateurs
Initiation aux outils des TIC

Ce projet est un cas d’école qui en train d’être dupliquer dans d’autres pays à cause de son caractère original et la simplicité du concept

Il permet à tous les élèves/étudiants d’avoir accès à l’outil informatique et bénéficier des formatons en codage, logiciels bureautiques, moteurs de recherche, etc.

Des séances de renforcement des capacités des enseignants peuvent être organisées les soirs et les dimanches

Les 100 sites prévus dans la première phase ont été réalisés et livrés

Le Conseil a apprécié cette évolution et encouragé à la poursuite des implantations

Huitième papier

Monsieur le Ministre du Commerce a soumis une communication portant sur l’organisation par notre pays, du 10ème forum des Ministres du Commerce de la Seconde zone Monétaire Ouest Africaine (ZMAO), du 10 au 13 décembre 2019

Il a rappelé que la ZMAO a été créée le 20 avril 2000 conformément à la déclaration d’Accra dans le cadre de la défense des intérêts des économies Nationales et la réussite de la mise en œuvre du marché commun régional.

Les principes directeurs sont entre autres, la stabilité des prix, des finances publiques et une situation monétaire saine avec une balance des paiements soutenable pour chaque Etat membre de la zone.

Le forum est prévu pour une période de quatre (4) jours selon le calendrier ci-après :

Du 10 au 11 décembre : Réunion du Comité Technique ;

Le 12 décembre : journée du secteur privé

Le 13 décembre : Forum des Ministres.

L’objectif du forum est de faire de plaidoyer en faveur d’une bonne gouvernance, de promouvoir la facilitation des échanges en vue d’améliorer le commerce intra-ZMAO et régional, de renforcer la coopération et la mise en réseau des acteurs pour une intégration commerciale plus poussée.

Le Conseil a approuvé les dispositions prévues pour l’organisation de cette rencontre