Accueil Actualités Le coronavirus expose « de façon flagrante » la vulnérabilité des personnes...

Le coronavirus expose « de façon flagrante » la vulnérabilité des personnes handicapées

444
0

Dmitry Kuzuk milite pour les droits des personnes handicapées en Moldavie.

Le Comité des droits des personnes handicapées a ouvert lundi ses travaux sur fond de Covid-19, la pandémie ayant « fortement exposé » la vulnérabilité et les risques accrus des personnes vivant avec un handicap.

Lors de la première session en ligne du Comité des droits des personnes handicapées, Ibrahim Salama, chef du Service des traités relatifs aux droits de l’homme au Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a fait l’éloge de cet organe qui, malgré les défis importants posés par le virus, a fait un « travail extraordinaire » pour mettre en œuvre son mandat.

S’exprimant au nom du Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, et de la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, M. Salama a salué le travail du Comité qui se concentre sur les droits des personnes handicapées dans le contexte de la pandémie de Covid-19.

Développements procéduraux et examen des organes de traités

Lors de cette réunion du Comité, M. Salama a informé que les mandats de Rapporteurs spéciaux sur les droits des personnes handicapées et sur l’élimination de la discrimination à l’égard des personnes touchées par la lèpre avaient été prolongés pour une période de trois ans.

En outre, neuf entités des Nations Unies ont travaillé ensemble pour soutenir l’intégration des personnes handicapées dans la réponse à la Covid-19 et la reprise économique au niveau national.

Le représentant du HCDH a également informé le Comité que l’examen 2020 du système des organes conventionnels avait été lancé le 2 juin. A cette occasion, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme avait souligné le besoin de « meilleurs outils numériques » pour renforcer l’accessibilité des organes conventionnels, y compris pour les personnes handicapées, a rappelé M. Salama.

« La Haut-Commissaire a déclaré que la pandémie de Covid-19 offrait une opportunité de repenser et d’élargir les méthodes de travail pour avoir plus d’impact et de visibilité sur le terrain, tout en répondant au besoin d’interprétation linguistique et aux autres défis techniques du travail en ligne », a-t-il ajouté.

Explorer les possibilités technologiques

Lors de cette réunion du Comité, la Présidente du Groupe de travail du Conseil des droits de l’homme sur l’accessibilité pour les personnes handicapées, Socorro Flores Liera, a soutenu que « le recours accru à la technologie ouvre de nouvelles voies pour l’accessibilité » et que ces dernières devraient être « mieux explorées ».

Le Directeur du Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe (UNDRR), Ricardo Mena, a, pour sa part, reconnu que « nous sommes tout à fait conscients qu’il reste encore beaucoup à faire pour garantir que les personnes handicapées sont incluses dans la planification des catastrophes et que leur inclusion et leur participation soient bien suivies et soutenues ».

De son côté, la Présidente de l’Alliance internationale pour les personnes handicapées, Ana Lucia Arellano, a exhorté les États parties à « travailler main dans la main avec les personnes handicapées et leur organisation représentative ainsi qu’avec les alliés d’autres organisations de la société civile à la conception et à la mise en œuvre des politiques publiques ».