Accueil Actualités La lutte contre le Covid-19 ne doit pas se faire aux dépends...

La lutte contre le Covid-19 ne doit pas se faire aux dépends des actions sanitaires vitales pour les enfants

1247
0

Mama Bwanga, 26 ans, emmène son bébé dans un centre de santé en République démocratique du Congo (RDC).

La lutte contre le Covid-19 ne doit pas se faire au détriment des interventions sanitaires vitales en faveur des enfants a déclaré jeudi l’UNICEF. Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance s’est engagé à soutenir les besoins en matière de soins de santé de base et de vaccination dans les pays les plus touchés.

« Le message est clair : nous ne devons pas permettre que des interventions sanitaires vitales soient victimes de nos efforts pour lutter contre le Covid-19 », a déclaré la Directrice exécutive de l’UNICEF, Henrietta Fore, dans un communiqué publié jeudi.

« L’UNICEF s’est engagé à soutenir les besoins en matière de soins de santé de base et de vaccination dans les pays les plus touchés, et à le faire de manière à limiter le risque de transmission du Covid-19. Nous travaillons d’arrache-pied pour garantir la disponibilité de vaccins en quantités suffisantes dans les pays qui en ont besoin », a-t-elle ajouté.

À mesure que la pandémie progresse, les services vitaux essentiels, notamment la vaccination, seront probablement perturbés, en particulier en Afrique, en Asie et au Moyen-Orient où ils sont cruellement nécessaires, fait valoir la cheffe du Fonds des Nations Unies pour l’enfance.

Nous ne devons pas permettre que des interventions sanitaires vitales soient victimes de nos efforts pour lutter contre le Covid-19 – Henrietta Fore – Directrice exécutive de l’UNICEF

Henrietta Fore insiste également sur le fait que dans le monde entier, la pandémie de Covid-19 met les services de santé à rude épreuve, car les travailleurs de la santé sont détournés pour soutenir la réponse. De même, l’éloignement physique conduit les parents à prendre la décision difficile de reporter la vaccination de routine.

« Nous sommes particulièrement préoccupés par les pays qui luttent contre les épidémies de rougeole, de choléra ou de polio tout en répondant aux cas de Covid-19, tels que l’Afghanistan, la République démocratique du Congo, la Somalie, les Philippines, la Syrie et le Soudan du Sud », a souligné Mme Fore.

« Les produits médicaux sont rares et les chaînes d’approvisionnement sont soumises à des tensions historiques en raison des perturbations des transports. Les annulations de vols et les restrictions commerciales imposées par les pays ont fortement limité l’accès aux médicaments essentiels, y compris les vaccins », fait-elle remarquer.

L’UNICEF recommande vivement à tous les gouvernements de commencer dès maintenant une planification rigoureuse afin d’intensifier les activités de vaccination une fois la pandémie de Covid -19 maîtrisée.

Selon le Fonds, ces activités de vaccination doivent se concentrer sur les enfants qui manqueront les doses de vaccin pendant cette période d’interruption et donner la priorité aux enfants les plus pauvres et les plus vulnérables.

« Pour réussir le déploiement des vaccins contre le Covid -19 lorsqu’ils seront disponibles, nous devons veiller à ce que nos programmes de vaccination restent solides et puissent atteindre ceux qui auront le plus besoin de ces vaccins », insiste Henrietta Fore.

« La vaccination reste une intervention sanitaire vitale. En tant que premier acheteur et fournisseur mondial de vaccins, l’UNICEF continuera à jouer un rôle essentiel en soutenant les efforts de vaccination actuels et futurs des gouvernements », conclut-elle.

© UNICEF/Frank Dejo
Des enfants dans une salle de classe à Sakassou, en Côte d’Ivoire.

Protéger l’éducation des enfants

Alors que les fermetures d’écoles à l’échelle nationale perturbent l’éducation de plus de 80% des élèves dans le monde, l’UNICEF a annoncé jeudi qu’il allait considérablement augmenter son soutien à 145 pays pour aider les enfants à poursuivre leur apprentissage tout en assurant la sécurité des écoles.

« Les écoles ont fermé dans la majorité des pays du monde. Il s’agit d’une situation sans précédent et si nous n’agissons pas collectivement dès maintenant pour protéger l’éducation des enfants, les sociétés et les économies en ressentiront le fardeau bien après que nous aurons battu le Covid-19. Dans les communautés les plus vulnérables, l’impact se fera sentir sur plusieurs générations », a déclaré Robert Jenkins, responsable mondial de l’éducation à l’UNICEF.

« D’après les leçons tirées des fermetures d’écoles en réponse au virus Ebola, plus les enfants restent loin de l’école, moins ils ont de chances d’y retourner un jour. Donner aux enfants d’autres moyens d’apprendre et, ce faisant, de reconstruire une routine, est un élément essentiel de notre réponse », a ajouté M. Jenkins.

Donner aux enfants d’autres moyens d’apprendre (…) est un élément essentiel de notre réponse – Robert Jenkins, responsable mondial de l’éducation à l’UNICEF

Pour aider à réduire l’interruption de l’éducation des enfants et faire en sorte que les enfants apprennent en toute sécurité, l’UNICEF a alloué des fonds supplémentaires pour accélérer le travail avec les gouvernements et les partenaires dans plus de 145 pays à faible et moyen revenu.

L’allocation globale initiale de 13 millions de dollars jouera un rôle de catalyseur en aidant les gouvernements nationaux et un large éventail de partenaires de l’éducation dans chaque pays à élaborer des plans permettant une réponse rapide à l’échelle du système.

L’initiative permettra aux pays de préparer des programmes d’apprentissage alternatifs en cas de fermeture d’écoles et d’aider les écoles à assurer la sécurité des enfants et de leurs communautés en fournissant des informations essentielles sur le lavage des mains et d’autres pratiques d’hygiène.

Les fonds contribueront également à soutenir la santé mentale des enfants et à prévenir la stigmatisation et la discrimination en encourageant les élèves à éviter les stéréotypes lorsqu’ils parlent du virus