Accueil Non classé Guinée : « Ces réformes ont permis la création de...

Guinée : « Ces réformes ont permis la création de 77 000 emplois et 50 000 emplois indirects », dixit Bamba OLIANO.

857
0

Bamba OLIANO   est le directeur national  de la promotion du secteur privé et de la compétitive au ministère en charge  investissement    et du partenariat public  -privé de la république de Guinée .Il est à la tête de cette entreprise depuis quelques années .Nous sommes allés à sa rencontre pour parler de son ambition pour son pays .Lisez 

Monsieur Bamba OLIANO, bonjour

Bonjour monsieur DIALLO

Ces cinq dernières années   , la  guinée a apparemment engagé des reformes  pour d’avantage attirer plus d’investisseurs .Est-ce que nous pouvons savoir quelles sont ces réformes ?

Comme vous l’avez dit depuis 2010, il y’a eu plus de quatre-vingt reformes  dans le domaine économique, juridiques, sécuritaire, administratif  et de la gouvernance. Des réformes  majeures qui ont été adoptés sont par exemple :la création   du ministère en charge des investissements et du partenariat public-privé pour promouvoir les investissements et les partenariat entre le secteur publique et le privé et mettre en place la politique du contenu local .Il y’a aussi  la réorganisation  de l’agence  de promotion  des investissements  privés (APIP) avec la mise en place  du guichet unique  de l’investisseur pour la création  d’entreprise .Il y’a aussi le renforcement de la protection de l’investisseur ,entrer en vigueur  de la nouvelle législation OHADA ,la mise à jour des code minier ,marché publique ,du travail et de la douane ,aussi le code de l’investissement  .On a aussi l’instauration du tribunal du commerce  à Conakry pour traiter les litiges commerciaux ,il y’a aussi la réduction  de façon très drastique  du délais de traitement des dossiers d’octroi de permis de construire qui sont passés de  69 jours à 29 jours autour du premier trimestre de 2014 .

Je peux citer aussi l’augmentation de la transparence dans l’octroi des licences minières à travers la promulgation d’une nouvelle loi  dur le partenariat publique –privé et une loi anticorruption .Il  y’a aussi le création du guichet unique du commerce.

Pourquoi ces réformes ? Est-ce que c’est parce que vous avez constaté que l’image du pays étais ternie et qu’il fallait la redorer ?

Effectivement ,il y’avait une nécessité  de mettre en place  une reforme parce que comme vous le savez la guinée était méconnu  de l’extérieur .Donc on avait besoin  d’attirer les investisseurs  et aussi  améliorer la perception du pays à l’étranger .Donc ces réformes ont engendré ces dernières année  sous l’impulsion du président de la république, le professeur Alpha CONDE  ont eu une incidence positive  sur la situation macro- économique  de notre pays .La guinée connais  actuellement le plus cycle de croissance  de son histoire  comme l’atteste  justement  l’évolution  de son  produit  intérieur brut qui a enregistré une croissance à deux chiffres entre 2016 et 2017 .Respectivement 10,8 et 10, 3 selon le résultat validé par le FMI .Et donc ces estimations préliminaires  de 2018  situent le taux de croissance du PIB à 6,2 % et les projection de 2019 à 6, 3 .Donc depuis 2016 ,le pays enregistre un taux moyen  de 9% .Donc largement au-dessus de la moyenne continentale qui est d’environ 3% sur la même période selon les chiffres de la Banque Africaine de Développement (BAD).En terme de taux d’inflation ,là les chiffres sont stables à un chiffre depuis 2018 ,oscillant entre 8et 9% .Donc voilà ,ce que je peux dire .

Est-ce qu’on savoir quelle la place du secteur minier dans votre structure ?

Pour répondre à votre question, la Guinée est effectivement un pays minier .Nous avons un sous-sol qui est très riche .Nous avons la plus grande réserve de bauxite, aussi les plus grande réserves de fer avec une forte teneur .Donc était aussi indispensable de faire des reformes dans ce secteur. Et depuis 2010, il s’est passé beaucoup de reformes. Je peux vous citer quelques-unes .Il y’a par exemple .On a le code minier moderne incitatif avec un régime fiscal  qui très concurrentiel ,un plan directeur  pour mutualiser les infrastructures afin de réduire le cout associé aux projet miniers, la création d’un guichet unique dédié aux projets et surtout l’assainissement et la modernisation du cadastre minier qui a maintenant un site internet ,la conformité du pays à l’initiative pour la transparence dans les industries extractives ,plus la publication des contrats miniers sur un site (www .contratsminierguinee.org) que je vous recommande d’aller lire  et  surtout la fixation d’une politique du contenu local .Et en fin la création du FODEL .

Ces réformes ont  permis la création de 77 000 emplois et 50 000 emplois indirects.

Quelles sont les zones minières et les minerais en promotion et pour lesquels le pays souhaite attirer plus d’investisseurs

Oui effectivement, on a des priorités dans le secteur minier   .Pour répondre à votre question   , on souhaiterais continuer l’exploitation de la bauxite en basse Guinée  ,diversifier  également avec l’exploitation du fer, des métaux de base ,des métaux précieux comme l’or et d’autres pierres précieuses sur le territoire national .Donc on parle ici de cuivre ,de plomb et d’autre métaux associés à Boffa ,Koundara et Kissidougou ,du Nickel ,du cobalt ,du chrome et autre métaux en moyenne Guinée et la chaine de montagne de Kakoulima ,les terre rares trouvées par les géologues à Macenta ,Kissidougou et Kérouané ,des minéraux lourd le long du littoral ,l’uranium découvert à Kissidougou.

Quelle sera votre stratégie pour les prochaines années afin d’attirer plus d’investisseurs notamment dans le secteur extractif ?

Je crois qu’il faut continuer à améliorer le climat des affaires pour le rendre plus attractif avec la facilitation de la réalisation du partenariat public-privé et la mise en œuvre du code l’investissement, promouvoir la construction des infrastructures pour accélérer la production  extractive et en fin nous projetons d’investir 7 milliards de dollars dans le secteur minier d’ici 2025.

Est-ce que vous pouvez nous dire quel est l’état du climat des affaires en Guinée   ?

Il faut savoir que l’évaluation du classement doing- bisness est basée sur les reformes  soumises pour évaluation par le gouvernement à la banque mondiale  et sur des questionnaires envoyés au secteur privé pour recueillir leur avis .Donc pour rapport 2020 ,neuf reformes ont été présentées pour évaluation .Mais seulement deux ont été retenues .Sur ce rapport ,la Guinée est classée au 156eme rang mondial pour la facilité des affaires contre la 152eme dans le classement de 2019 .Donc un léger recul de 4 places  et ce léger recul met l’accent  sur un besoin de continuer et renforcer le dialogue avec le privé pour le tenir informer des reformes mises en œuvres. En effet, plusieurs  réformes adoptées n’ont pas été prises en compte par doing- bisness car le secteur privé national n’avait pas tout simplement consulté et n’était pas informé non plus de ces reformes .Donc outre cette vulgarisation, le travail continue sur ces reformes .Ce qui en résulte  en une meilleure perception du pays. Sur le rapport  2019 du Word Economic Forum  de Davos dont le doing bisness est un indicateur ,l’économie guinéenne a été note comme plus compétitive  que jamais en gagnant quatre place au classement général et occupe maintenant la 122ème place  sur 141 place évalués .ceci démontre en fait que notre pays devient de plus en plus attractif aux yeux des investisseurs .Donc c’est pour palier à ce déficit qu’une campagne de communication est actuellement en cours  avec l’appui des partenaires techniques et financiers  tel que AFC, nous sommes confiant que cette vulgarisation des informations permettra au secteur privé d’être mieux informé et garantira la validation des reformes auprès de doing-bisness pour l’année 2020.

C’est pourquoi les reformes sont engagées dans les domaines suivants afin d’améliorer  notre position dans le classement de doing-bisness.

Il est important  que nous poursuivions dans les reformes .Dans  cadre institutionnel, il faut qu’on continue sur l’instauration du tribunal du commerce à Conakry, opérationnaliser le guichet unique du foncier, de la construction et de l’habitat, opérationnaliser également le système d’information et du crédit à la banque centrale, rendre opérationnel le guiche du commerce exterieur.Dans cette logique , informatiser le guichet unique de l’investisseur .

Parlons du l’indice du millenium challenge corporation .C’est quoi cet indice ?

Le millenium challenge corporation   , communément appelé MCC  est une agence indépendante du gouvernement qui a  été créé en 2004 en vue de former un nouveau partenariat entre les Etats-Unis et certains pays en voie de développement  . Donc il accorde des subventions et une assistance au pays en voie de développement .L’éligibilité au programme du MCC est basée sur les performances de chaque pays candidats relativement à 20 indicateurs axés sur la bone gouvernance, les libertés économiques et l’investissement dans le capitale humain qui sont traités et notés par des institutions qui sont aussi indépendantes .Au niveau du rapport 2019 du MCC ,la guinée vient d’enregistrer sa meilleure performance en obtenant 7 indicateurs validés contre 3 l’année dernière. Donc ceci est un garnd pas vers l’obtention de la subvention que l’on appelle ‘’ subvention seuil’’, une subvention de 30 millions de dollars. un est montant énorme et qui sera destiné à accélérer la cadence des reformes et aussi permettre de les vulgariser .Au-delà de ça  ,il y’a aussi la subvention impact du MCC qui va conférer 500 millions de dollars pour réaliser justement des infrastructures .Donc l’atteinte du programme ‘’seuil’’ nécessite la validation de 8 indicateurs et on en est à 7 .Donc avec les 7 validés ,nous ne sommes qu’à seulement à une marche de l’obtention de cette subvention 30 millions de dollars. Ce programme MCC comprend 20 indicateurs qui sont repartis en trois axes. La bonne gouvernance à 6 indicateurs, les libertés économiques en ont 8 et le capital  humain en a  6.

Quel est le message pour clôturer cette interview ?

Ecoutez, il y’a énormément de chose qui se font dans l’ombre, vous avez une administration qui veut faire évoluer les choses .Mais on ne peut pas le faire sans le secteur privé .Il y’a vraiment nécessité de travailler avec le secteur privé pour pouvoir définir les reformes et ensuite les mettre en place .Je lance un appel au secteur privé pour qu’il vienne travailler avec les autres du public afin de faire avancer ce pays.

Monsieur Bamba OLIANO   , merci d’avoir répondu à nos questions.

C’est à moi de vous remercier

Entretien réalisé par Mamoudou DIALLO