Accueil Actualités Electrification de Kolaboungni : le DG de la société MARINEX salue les...

Electrification de Kolaboungni : le DG de la société MARINEX salue les efforts de l’ANAIM

1182
0

Sous la commande de l’ l’Agence Nationale d’Aménagement des  infrastructures minières(ANAIM), la société MARINEX vient de livrer 4 transformateurs à la sous-préfecture de Kolaboungni. Entièrement financés par  l’ANAIM, ces appareils devraient contribuer à améliorer le déficit d’électricité dans cette localité). Ousmane SAMPIL Directeur Général de MARINEX salue les efforts de l’ANAIM pour ce don à la faveur de Kolaboungni.

4 transformateurs, ainsi que toutes les pièces qu’il faut pour les installations, c’est le don que l’Agence Nationale d’Aménagement des infrastructures Minières(ANAIM) vient de mettre à la Disposition de la sous-préfecture de Kolaboungni. La commande a été faite à  la société Marinex .Le Directeur Général de cette entreprise  rassure l’arrivée de ces équipements électriques à Kolaboungni.

« Je vous le confirme que les quatre transformateurs sont arrivés ainsi que toutes les pièces qu’il faut pour les installations. Et nous attendons les poteaux électriques qui doivent aussi arriver. Je vous garantis qu’avec l’effort de l’ANAIM nous verrons bientôt le bout du tunnel » a déclaré Ousmane SAMPIL directeur général de la société MARINEX.

L’électrification de Kolaboungni est entièrement prise en charge par l’ANAIM. Et il y a 4 ans que le courant est produit gratuitement dans cette localité sous la charge de cette agence.

« La centrale électrique de Kolaboungni a été achetée par l’ANAIM avec une convention qui a été signée avec le Ministère de l’énergie. L’ANAIM était censé livrer seulement la centrale. C’est comme  ça MARINEX est rentré dans ce dossier. Nous vendons les centrales électriques, les groupes électrogènes que nous fournissons à beaucoup de sociétés de la place CBG, GAC  ainsi de suite. Donc  à la livraison de cette centrale il revenait à la charge de l’EDG d’assurer sa gestion. Ce qui n’a pas été fait. L’ANAIM était obligé donc de continuer à opérationnaliser cette centrale. Et je rappelle que l’achat des groupes électrogènes, l’achat des équipements, l’amélioration du réseau, tout ce qui est en train d’être fait à Kolaboungni en matière d’électricité est à 100% financé par l’ANAIM » a indiqué Monsieur SAMPIL.

Souvent, la communauté de Kolaboungni  descend dans la rue pour revendiquer le manque d’électricité. Cette sous-préfecture est traversée par le chemin de fer, de la compagnie des bauxites de Guinée(CBG).Chemin de fer qui relie la mine de la CBG à Sangarédi au port de l’entreprise à Kamsar. La population de Kolaboungni ne digère pas la perturbation dans la fourniture d’électricité dans leur localité impactée par l’exploitation minière d’une manière ou d’une autre. Ousmane SAMPIL profite de cette occasion pour appeler ses parents au calme.

« Je demanderais à la population de garder la patience. Le processus d’électrification est un processus complexe et qui coûte énormément cher. Je suis un fils de Kakandé à part la casquette de Marinex que je porte. Et c’est un honneur pour moi de pouvoir satisfaire ces populations. Et j’en profite pour les rassurer que tout est mis en œuvre  pour qu’elles soient satisfaites. Et pour moi, c’est l’occasion de remercier la Direction générale de l’ANAIM pour les efforts qu’elle fournit .Je profite également  de cette occasion pour demander à mes parents c’est vrai qu’ils vivent dans des conditions extrêmement difficiles je les appelle encore une fois de plus au calme. S’ils ont besoin de manifester, il y a plusieurs manières de le faire mais qu’on évite de détruire ce qu’on a déjà. On réclame autre chose mais on ne casse pas ce qu’on a » a dit Ousmane SAMPIL.

Selon nos informations dans les engagements pris par l’ANAIM pour l’électrification de Kolaboungni, il est convenu de donner 12 heures par jour  aux 11 secteurs de la sous-préfecture. Mais aujourd’hui Kolaboungni dont la population est estimée à 60.000 personnes ne bénéficie que  de 5 heures de courant électrique par jour et seulement la moitié des secteurs.

Toumany CAMARA