Accueil Actualités Don de kits sanitaires contre le covid-19 à Boké : le préfet...

Don de kits sanitaires contre le covid-19 à Boké : le préfet de cette Préfecture se fâche contre l’ANAIM

1262
0

Dans le cadre de freiner la propagation du coronavirus dans les provinces, le gouvernement guinéen et les ressortissants de Boké  ont offert ce samedi, des milliers de kits sanitaires aux communautés de cette région. Au cours de la remise de ses kits à la population de Kakandé, le maitre de la cérémonie a cité le nom de l’ANAIM parmi les donateurs . Chose  qui a irrité le préfet de Boké.

Selon une source qui a pris part à cette cérémonie de remise des kits sanitaires à la préfecture de Boké qui ont été octroyés par le chef de l’Etat et les fils ressortissants, le préfet a coupé court à la narration du maitre de la cérémonie, lorsque ce dernier a déclaré le nom de l’ANAIM parmi les donateurs de ces kits. Le préfet a indiqué qu’il ne veut pas entendre le nom de l’ANAIM dans cette cérémonie.

Cette réaction du préfet, attire l’attention des observateurs attentifs à s’interroger sur ce que l’Agence Nationale de l’aménagement des  infrastructures minières a fait pour Boké dans la riposte contre le covid-19.

Etant une société de l’Etat  qui a ses activités dans la région de Boké, l’ANAIM devait prendre le devant dans l’assistance matérielle des communautés pour éviter l’introduction de ce virus dans cette localité. Mais le constat sur le terrain révèle que cette agence n’a pas fait Boké de sa priorité pour lutter contre cette maladie.

Alors que toutes les  grandes entreprises minières évoluant dans cette ville continuent à se mettre auprès du gouvernement  guinéen, en mobilisant les ressources spéciales pour freiner la propagation de cette pandémie dans le pays, notamment dans la région de Boké. Pour preuve, la société Minière de Boké (SMB) a donné un montant de 50.000 dollars à l’hôpital de Kamsar dont la gestion est  assurée par l’ANAIM. Il serait nécessaire d’engager un audit sur l’utilisation de cet argent  puisque l’Agence n’a pratiquement rien fait qui est palpable à Boké dans le cadre de la lutte contre le covid-19.

L’ANAIM qui reçoit 12 millions de dollars  que  CBG la paie au titre du loyer, est incapable de mobiliser de ses propres moyens, un fonds spécial pour assister les communautés de kakandé afin de lutter contre la propagation de cette pandémie, dans  cette zone économique spéciale.

Toumany CAMARA