Accueil Actualités Alors que la COP25 s’achève, António Guterres appelle à plus d’ambition climatique

Alors que la COP25 s’achève, António Guterres appelle à plus d’ambition climatique

1329
0

Une femme transporte des fruits de mer sur la côte au Sénégal, l’un des rares pays à élaborer un plan national d’adaptation au changement climatique spécifiquement pour la pêche.

Alors que les délégations nationales continuaient de débattre vendredi soir à la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP25) à Madrid, le chef de l’ONU a appelé les pays à être plus ambitieux, à soutenir fermement la science et à s’engager à une action plus forte.

« Aujourd’hui est le dernier jour de la COP25 à Madrid », a déclaré le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres. « Et j’appelle les délégués de tous les États membres à transmettre un message d’ambition au monde ».

Le Secrétaire général les a tous exhortés à aligner « leurs objectifs sur la science » pour s’assurer que « les températures ne dépasseront pas une hausse de 1,5 degré Celsius à la fin du siècle ».

M. Guterres a soutenu qu’un « esprit de compromis est nécessaire pour une conclusion réussie des règlements liés à la mise en œuvre de l’Accord de Paris » de 2015, qui a été signé par 193 pays pour limiter les dommages causés par le réchauffement climatique.

Il a également souligné l’importance de « montrer un engagement très fort et une ambition très forte en matière d’action climatique ».

Le chef de l’ONU a félicité l’Union européenne (UE) pour son annonce jeudi, s’engageant à la neutralité carbone d’ici 2050, et a appelé à ce que cet exemple d’action climatique « soit suivi dans le monde entier ». Seule la Pologne, dépendant du charbon, parmi les 28 membres de l’UE, a décidé qu’elle ne s’engagerait pas.

Selon son porte-parole, le Secrétaire général a continué de rencontrer diverses parties à la Conférence alors que les pourparlers se poursuivaient dans la soirée, avec la possibilité que les travaux continuent jusqu’à samedi.

Lors d’une conférence de presse sur place, Andres Landerretche, Coordinateur de la Présidence chilienne de la COP25, a déclaré : « Les gens nous regardent ».

Rappelant qu’un consensus entre 193 États était nécessaire avant la conclusion de la conférence, il a reconnu que « les négociations ont toujours été très difficiles ».

Alors que « nos priorités sont toujours un appel à l’ambition, aux efforts d’atténuation et à l’adaptation », M. Landerretche a souligné que la question sous-jacente lors des négociations finales était « l’élément clé » du financement.

« Certains groupes demandent plus de financement pour aller de l’avant avec les plans d’action sur le climat », notamment pour le transfert de technologies et le renforcement des capacités