Accueil Actualités Mines: Sadou Nimaga apporte des précisions sur le dossier d’appel d’offre de...

Mines: Sadou Nimaga apporte des précisions sur le dossier d’appel d’offre de Kiniéro

1247
0

Le Secrétaire Général du Ministère des Mines, Saadou Nimaga a accordé une interview à notre rédaction où il s’est défendu face aux accusations contre sa personne sur le dossier d’attribution des permis de la mine de Kiniero.

Lisez !

Merci de nous  avoir reçu. Des bruits autour du dossier d’attribution des permis de la mine de Kiniero. On vous vous soupçonne de corruption. Dites-nous qu’est-ce qui est dans ce dossier?

Je suis surpris comme vous peut-être, et comme tous d’entendre qu’il y’a eu des problèmes autour de cette attribution. Pour nous c’est déjà derrière nous. Nous sommes en train de préparer l’arrivée des équipes techniques sur le terrain pour commencer le travail. Donc ces bruits ne nous ébranlent. Certainement ces bruits proviennent des mauvais perdants. Ceux qui ont tenté  d’ontenir ces permis dans le  cadre de la procédure que nous avons engagé et qui n’ont pas pu convaincre la commission d’évaluation qui a évalué les offres.

Certainement, ils sont en train de travailler à polluer à travers de journalistes  qui ne sont pas professionnels. Puisque personne n’est venu nous voir. Ils sortent des articles pour critiquer ce qui a été fait parce qu’il veulent toujours insister .Ils ont tenté après la procedure de nous influencer..On a malgré tout signé le document avec l’entreprise qui a eu  adjudication.

Quel est le nom de l’entreprise ?

C’est Sicamore qui a été retenue.C’est une procédure qui a été transparente  parce que comme je le dis et que je repète chaque fois, la mine de kiniero était une mine qui était en maturité. C’est à dire que c’ ‘est une mine  qui a fait l’objet d’exploitation  pendant de très longues années sans suffisamment de recherche  par la SEMAFO. Semafo n’a pas  suffisamment de recherche et à la fin, elle a exploité. Après, il y’a eu des problèmes avec les populations les populations à cause d’une mauvaise strategie de developpement  local. La compagnie était donc obligée de fermer et elle est partie.

Donc quand ele est partie ,les repreneurs serieux ne se bousculaient pas. Ceux qui venaient étaient juste des spéculateurs.Des gens qui n’ont pas souvent toute  l’expertise nécessaire .On a estimé qu’il fallait quelqu’un  de comptent sur la base des lettres d’intention  nous avons organisé  une concurrence en demandant à ceux qui ont adréssé des courriers à ceux  ont exprimé leur intention  de reprendre cette mine   de faire des offreCe qui  fut fait. Ensuite une commissiion a été mise en place. C’est donc cette commission a procédé à l’evaluation  des offres .

Cette procédure a été voué à l’échec  parce que nous avons constaté qu’aucune de ces socéiétés qui étaient présentes  et qui avaient formulé  des offres, meme celles qui avaient  de bonnes offres n’avaient les capacités financières .Donc nous avons déclaré cet appel  d’offre infructueux.Nous avons pris quelques semaines avant d’engager une nouvelle procedure .C’est dans le cadre de cette nouvelle procedure  que nous avons identifié   SYCAMORE  parmis tant d’autres qui a pu avoir la confiance de la commission qui nous a fait la proposition  d’attribuer à cette société les permis de la mine de Kiniéro. Nous avons enteriné la proposition et le ministre a signé l’accord au debut du mois de Novembre 2019.Nous sommes dans les preparatifs pour la société puisse commencer .Elle a été dejà sur le site et elle a été bien accueillie par les populations de kiniero .Les gens sont optimistes et nous-mêmes nous sommes très optimistes et on attend que cela se confirme sur le terrain.

Est-ce qu’on peut savoir combien de société avaient soumissionnées et quelles étaient les conditions à remplir pour qu’une société soit retenue ? 

Comme je l’ai dit tantôt. Nous avons compris que l’expertise technique était très importante mais n’était pas suffisante et la clé du problème, c’était l’expertise financière .Parce que si tu as l’expertise financière tu peux acheter n’importe  quel expert technique pour développer la mine .Donc nous avons privilégié cet aspect-là.

Il faut donc avoir la capacité technique et surtout avoir la capacité financière  ,faire un plan qui intègre un plan de développement de la recherche, une augmentation des connaissances géologiques  pour pouvoir augmenter les réserves  en or dans la zone .C’est ce qu’on a privilégié .On a privilégié  un plan de développement local  qui aiderait les populations locales à se développer rapidement et le respect de obligations légales et environnementales. C’était les conditions qui étaient dans l’offre. Maintenant dans le détail de ces conditions, il y’a la gestion ou la  capacité de gestion  ou d’avoir géré des mines  similaires ou d’avoir des  experts ou des équipes compétentes qui géré ce genre de mine ailleurs .L’engagement de réaliser le budget de développement du projet .C’est à dire qu’est-ce qui était dégagé pour pouvoir commencer le projet .Notamment de recherche, qu’est-ce qui est dégagé pour  reconstruire  , mettre à jour les équipements  qui sont en état  de dégradation. Comment les remplacer ? Et dans quel  délai ? Est-ce  que le délai est réaliste .N’est pas trop long ou court ?

Donc  ce sont ces genres de choses qui etaient dans le critère. Il y’avait aussi  comme je l’ai dit tantot  le plan de developpement  local. Qu’est-ce qui est proposé pour accompagner les populations .Quelle responsabilité société ? Ce sont ces elements qui prévalaient.

Combien  de sociétés avaient soumissionnées ?

Quatre sociétés avaient soumissionées. Il y’avait sicamore, Torogold qui est connu dans le domaine de l’or, avait SWR .Il avait une  filiale d’une socéiéte chinoise qu’on appelle groupement national pour le developpement de la guinée .

En terme claire seulement Sicamore remplissait les conditions dont vous venez d’évoquer ?  

Non ! Non ! Respect  de critères, Sycamore était la première. Toutes quatre cette fois-ci  je dis étaient bien. Mais c’est sycamore qui était la première. D’ailleurs l’ecart entre SWR et Sycamore n’était pas grand. Quand on n’a fait la première évaluation, nous avons envoyé un autre courrier d’ailleurs à toutes les sociétés pour leur poser un certain nombre de questions. Parmi lesquelles leur engagement de mettre en place  un certain nombre de caution. Une caution pour pouvoir développer immédiatement le projet . Dire,  j’ai la capacité de développer le projet, j’ai les moyens, mais quels montants que je dégage, quel montant tu résorbes pour ça. Donc on n’a fait cette demande et c’est Sycamore qui a  accepté de manière convaincante. Il y’a avait aussi la question de la réparation du dommage pour un certain montant, 20 % du montant du projet  au cas où la société ne respecterait pas son engagement. C’était les conditions pour départager les candidats .On n’a aussi demandé à chacune est-ce qu’elles accepteraient de collaborer  en restant majoritaire  et de collaborer avec une société tierce  pour développer le projet de façon conjointe.

 Ces accusations  laissant entendre que le ministère a reçu des pots de vin sont donc fausses ?

Ce sont de fausses accusations. Des accusations qui nous surprennent . C’est très facile d’accuser dans le secteur .Mais ici, on s’est battu justement  pour éviter des cas de corruption .La preuve de l’incohérence de l’argumentaire, on parle de notre lien fort avec Christian, un ancien directeur  de la SAG  qui selon eux est notre ami. Pourtant, lui il est sorti du dossier. Christian n’est plus ni dans sycamore .C’est même dit dans l’article qu’il a fait une offre conjointe avec Sycamore mais il n’est plus dans le dossier .Christian est quelqu’un de très  sérieux.

Pour celui qui l’a connu à la SAG, il une gestion très rigoureuse .C’est quelqu’un qui n’est pas dans la magouille .J’ai participé à des conseils d’administration avec lui. C’est mal connaitre ce monsieur en l’accusant de ce genre de chose .Donc il était candidat, il a voulu développe ce projet de façon digne. Il dit qu’il a quitté la SAG et qu’il veut un autre projet minier de façon sérieuse .C’était sa volonté. Une volonté louable .Mais cela n’a pas marché parce qu’il n’a pas la capacité financière. Et qu’il veuille s’associer avec Sycamore pour développer le projet. Où est le problème ?

Mais s’il n’a pas  eu un accord avec les uns et les autres .Ce n’est pas de notre faute. Il n’a pas d’argument pour nous accuser de corruption. Nous au ministère des mines, on n’est tout sauf corrompu. C’est mal nous connaitre ;

Au ministère des mines on a les arguments de faire accepter par le ministère des finances, surtout pour un projet comme  celui de la SEMAFO  qui était en arrêt depuis des années. On avait  des arguments pour faire accepter un marché de gré à gré par le ministère des finances .On pouvait donner à quelqu’un si on le voulait. Pourquoi engager une procédure d’octroi des permis et renter dans la corruption ? C’est mal nous connaitre.

Est-ce que vous porterez plainte contre ces personnes qui vous accusent de corruption ?

Nous allons respecter la procédure .Nous allons écrire un droit de réponse  qui est presque finalisé qu’on va adresser à la rédaction du journal qui nous a accusés .Parce que c’est le journal qui s’est fait porte –parole de ce groupe de personnes qui s’agite .On va écrire à ce journal de façon professionnelle afin qu’il publie  dans les mêmes  conditions que les accusations qui ont été faite contre nous .Ensuite on verra la possibilité de porter plainte .

Il faut que dans nos pays ,les clichés  qu’on porte sur les gens puisse s’arrêter .C’est vrai que le secteur minier pendant de très longues années était accusé de malversation ,je sais pas si c’était vrai ou faux pendant  longtemps ,il y’a avait spéculation  de permis mais quand nous sommes arrivés aux affaires nous avons mis fin à ces pratiques .Nous avons retiré beaucoup de permis sans bruit .Le cadastre est en ligne et on  donne les permis dans la plus grande transparence. On le fait à coût de grand sacrifice .

S’il  y’a développement minier, si les permis se développent  sur le terrain, c’est  parce que nous ne sommes pas des spéculateurs.  On n’est pas mêlé à des permis .Moi je n’ai pas  de permis, je n’ai aucun intérêt dans un permis ;je peux défier quiconque .C’est pareil pour le ministre .A Boké, Boffa, on n’a aucun véhicule qui circule, pourtant on aurait pu le faire .Donc on n’est pas lié à aucun projet.

Ni de façons directes ou indirectes 

Ni de façon direct ou indirect .Je n’ai aucun camion, je n’ai aucun parent qui a un camion qui circule dans les mines. Certaines personnes m’appellent pour me demander  de les aider à avoir du travail dans les sociétés minières. Là, je peux appeler un directeur d’une société pour  demander mais à ce niveau, je n’impose rien.

Si tu veux  être un réformateur, si tu veux avoir des résultats, cela  a un sacrifice. Donc , on n’est vraiment tranquille. Dans tous les cas que les gens fassent ce qu’il veulent mais ce qui est sûre ,nous ferons les reformes nécessaire pour développer le secteur minier.

 

Parlez –nous du dossier Eurasian. Certaines personnes vous soupçonnent d’être en accointance avec la société russe . Qu’est-ce qui se passe à ce niveau ? 

Non, ce qui est dit dans l’article, ce sont des anciennes informations qui sont reprises, malheureusement par un organe de presse, je ne sais pour quel intérêt. Je pense que certaines utilisent Eurasian ou le nom d’Eurasian pour nous accuser. Ce qui ont certainement des intérêts, je ne sais pas lesquels ou des personnes qui veulent que nous ne continuons plus à gérer les secteur parce que notre gestion les handicape  dans leurs intérêts.

Sinon avec eurasian les choses sont très claires maintenant. Eurasian ,c’est vrai a un moment voulais forcer la situation pour continuer à garder une superficie qui initialement toute  ne lui appartenait pas .C’est une superficie de 3 ,3 km2 qui était l’objet d’un pine .Ce pine a été donné à Eurasian en tenant compte de la présence de deux autre sociétés .Si non la demande initiale de  Eurasian était de 1,1 Km2  ,donc les 3,2 ont été donnés à cause d’un accord d’amodiation qu’elle a signé avec GBT –AXIS .Ensuite elle a donné cet accord et a voulu  gardé la superficie en écartant les autres .Donc nous ,nous avons dit que ce n’est pas possible. Surtout qu’Eurasian n’avait rien fait sur le terrain. Tous les travaux effectués etaient ceux de   GBT –AXIS .On a dit  que là ou il y’a travaux ,on le garde pour ceux qui ont travaillé et comme vous vous voulez 1,1 km2  comme cela correspondait à leur étude de faisabilité .Ils vont voulu chasser les autre et gardé le reste. Chose qui était possible hier et donc ils ont pensé que c’était encore possible .On a refusé ,ils sont monté et descendre .

Ils sont allé voir les services spéciaux à la présidence qui ont fait un rapport qui leur était favorable parce qu’ils ne connaissaient pas le dossier. A l’arrivée, ils ont compris.

Le PDG de la société était même venu nous présenter ses excuses en estimant qu’il avait été très  mal conseillé  .Ce sont des questions qui sont derrière nous et complètement derrière nous. Je ne sais pourquoi, c’est  maintenant que certains se précipitent dans l’intention de salir l’image des départements des Mines, je ne sais pas pour quel intérêt, ils  veulent mettre cela sur la place publique pour servir leur intérêt. Ce n’est pas pour servir  les intérêts d’Eurasian parce que  la société est dans un autre état d’esprit.

Nous avons dit à Eurasian  de compléter le paiement des droits fixes, deuxièmes de prouver les capacités techniques et financières. Capacité financières pour savoir s’ils sont en mesure de financer

Et si Eurasian continuait à trainer les pas. Est-ce  que vous allez retirer son permis ?

N’importe qui, qui a un permis et qu’il ne le développe pas, on lui retirera son permis. On a des amis et proches qui s’étaient spécialisé dans  le métier de spéculation des permis .Aujourd’hui, ils sont en train de disparaitre .Je dis pas de nom mais ils se reconnaitront .certains guinéens et étrangers s’était spécialisé dans ce domaines mais nous avons décidé de mettre fin à ces pratiques qui n’honorent pas notre pays.

Aujourd’hui que ça soit Eurasian ou pas, si tu n’évolues pas sur le terrain on te retirera ton permis. Tous les jours on retire des permis .

Quel est l’appel à lancer à ces entreprises qui évoluent en guinée pour les rassurer d’avantages ?

Je comprends,   la question est importante parce que s’il y’a corruption dans un pays, ce n’est pas bien. ça veut dire que n’importe qui peut déloger un autre qui est là. Il suffit d’apporter de l’aide au plus offrant alors que ce sont les règles qui doivent s’appliquer /

Ce que je dis à tous les utilisateurs des services du ministère des mines et de la géologie, c’est que la course vers la qualification  de nos procédures, de notre façon de faire ira crescendo. On va commencer à développer le secteur et à les servir. Nous sommes à leur disposition. On encourage les acteurs du secteur minier et investisseurs à poursuivre leur travail sereinement,

Donc pas de chasse aux sorciers

Non! Tant que les gens respectent les règles liées à la législation minière, il n y aura pas  de problème. On n’a pas de rancune à garder contre qui que ce soit. Si hier, les gens avaient un permis et qu’aujourd’hui , ils  commencent à travailler, Nous allons dérouler le tapis rouge pour eux, donc, pas de chasse aux sorciers.

Mahmoud Diallo et Ibrahima  N’Diaye