Accueil Actualités 60 ans après l’indépendance, l’industrie énergétique nigériane n’a pas tenu sa promesse...

60 ans après l’indépendance, l’industrie énergétique nigériane n’a pas tenu sa promesse – mais elle s’en rapproche (Par NJ Ayuk)

480
0

Au lieu d’utiliser ses revenus pétroliers pour renforcer d’autres secteurs et diversifier l’économie, le Nigéria a fait du pétrole sa principale source de recettes publiques

JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 30 septembre 2020/ — Par NJ Ayuk, président, Chambre africaine de l’énergie

Le 1er octobre 1960, tout semblait possible pour le Nigéria : après près de 80 ans de colonialisme sous la Grande-Bretagne, c’était finalement une nation indépendante.

Au tout début de la nation nouvellement indépendante, les Nigérians avaient toutes les raisons d’envisager un avenir radieux pour eux-mêmes et pour leur pays, un avenir dans lequel les vastes réserves de pétrole et de gaz du Nigéria assureraient une prospérité généralisée. Un avenir de stabilité et de croissance.

Tragiquement, l’histoire du Nigéria a évolué dans une direction différente. Oui, il y a eu une brève période de croissance économique, mais qui a été suivie de multiples coups d’État, guerre civile, régime militaire, corruption et pauvreté. Au lieu d’aider les Nigérians de tous les jours, la richesse pétrolière du pays est allée à une élite peu nombreuse au pouvoir tout en laissant les communautés, en particulier celles du delta du Niger, à faire face à la dégradation de l’environnement et à la diminution des moyens de subvenir à leurs besoins. Au lieu d’utiliser ses revenus pétroliers pour renforcer d’autres secteurs et diversifier l’économie, le Nigéria a fait du pétrole sa principale source de recettes publiques. Au cours des dernières décennies, l’instabilité dans la région n’a fait que s’aggraver et a contribué à l’essor de groupes terroristes comme Boko Haram.

Je crois toujours que 60 ans d’indépendance sont une étape importante. Nous avons encore beaucoup à célébrer, y compris un avenir dans lequel nous pourrons réparer les torts de notre passé.

Toutefois, le pays semble être sur la bonne voie. Au moment où j’écris ces lignes, le projet de loi sur l’industrie pétrolière (PIB) tant attendu du Nigéria – destiné à apporter la transparence et une nouvelle vie au secteur pétrolier et gazier du pays – est plus proche que jamais de son adoption. Le Nigéria s’efforce aussi de monétiser ses ressources en gaz naturel, et nous constatons un grand intérêt pour le dernier appel d’offres sur les champs marginaux.

Donc, comme ceux qui ont célébré l’indépendance de leur nation en 1960, j’ai bon espoir quant à l’avenir du Nigéria. Mon optimisme pourrait être quelque peu tempéré par les défis non résolus du Nigéria, y compris les préoccupations persistantes concernant la transparence du gouvernement, mais il n’a en aucun cas été éteint. Je crois sincèrement que le Nigéria peut apprendre de ses erreurs, adopter une approche stratégique face aux opportunités qui se présentent à lui et créer un pays où tous les Nigérians peuvent commencer un chapitre de sécurité et de prospérité. L’industrie énergétique du Nigéria peut tenir pleinement ses promesses.

Le Nigéria est riche en ressources, pauvre en politique

Tout comme je pense que le pétrole et le gaz du Nigéria sont essentiels pour améliorer l’avenir du pays, je constate que la mauvaise gestion de ces ressources a contribué à nombre de ses luttes. Trop souvent au cours des 60 dernières années, le gouvernement nigérian a raté des occasions de canaliser les ressources pétrolières et gazières du pays vers la croissance économique. Il a été particulièrement frustrant de voir le Nigéria – avec des réserves de gaz naturel estimées à 185 billions de pieds cubes – lutter contre la pauvreté énergétique. Seulement environ 45% des Nigérians ont l’électricité, et même ceux qui ont accès au réseau électrique font face à des pannes d’électricité régulières.

Là encore, la faiblesse de la gouvernance joue un rôle à cet égard. Les problèmes de violence et de sécurité, ainsi que la réputation de corruption du Nigéria, ont ralenti la capacité du Nigéria à développer des centrales électriques suffisantes et entravé l’infrastructure des investissements étrangers. Pendant ce temps, le Nigéria paie un coût élevé pour ses pénuries d’électricité : environ 28 milliards de dollars ou 2% du produit intérieur brut du Nigéria, car le manque de pouvoir entrave l’entrepreneuriat nigérian, les investissements privés et la création d’emplois.

Je suis certain que le Nigéria pourrait fournir une énergie fiable à plus de gens en exploitant ses ressources en gaz naturel. Et, à son honneur, le gouvernement a parlé ces dernières années de mettre fin au torchage coûteux et gaspilleur du gaz naturel du Nigéria – plus de 276 milliards de pieds cubes de gaz naturel ont été brûlés par les champs pétrolifères du Nigéria entre septembre 2018 et septembre 2019 seulement. – et capitaliser sur cette précieuse ressource. Mais jusqu’à présent, les progrès du Nigéria sur ce front ont évolué à un rythme extrêmement lent. Le gouvernement, par exemple, a fixé un objectif de torchage de routine zéro pour 2020, mais a annoncé en août qu’il ne serait pas en mesure d’atteindre son objectif. Il n’a pas non plus réussi à fixer un nouvel objectif.

Ensuite, il y a la question de la corruption, qui a alimenté des réactions en chaîne dangereuses. En 1966 et 1967, peu de temps après que le Nigéria ait obtenu son indépendance, la corruption a été utilisée pour justifier les coups d’État qui ont conduit à la guerre civile et, finalement, au régime militaire pendant près de trois décennies. Plus récemment, la frustration suscitée par la corruption a érodé la confiance dans les gouvernements locaux, ce qui a permis au groupe terroriste Boko Haram de se radicaliser et de recruter plus facilement de jeunes Nigérians. De plus, la corruption et la mauvaise gestion dans le secteur de la sécurité au Nigéria ont entravé la capacité du Nigéria à protéger efficacement les Nigérians de Boko Haram.

Cette année, alors que l’économie nigériane est confrontée au double coup de la pandémie du COVID-19 et aux bas prix du pétrole, une action gouvernementale décisive est plus critique que jamais. À la fin du mois d’août, l’économie s’était contractée de 6,1% et 27% de la main-d’œuvre nigériane était au chômage.

Je veux être clair : je ne dis pas que les problèmes du Nigéria sont insurmontables. Pas le moindre. En fait, le Nigéria est mieux placé que jamais pour commencer à capitaliser stratégiquement sur ses ressources naturelles. Et si le pays peut faire cela, il sera bien parti vers un avenir meilleur.

Tout n’est pas perdu – loin de là

Bien qu’il n’y ait aucune garantie que la PIB deviendra loi cette année, elle a franchi une étape importante: le président Muhammadu Buhari a approuvé une version mise à jour du projet de loi et l’a présentée à l’Assemblée nationale le 28 septembre pour approbation. Les deux chambres de l’Assemblée nationale doivent adopter le projet de loi avant qu’il ne puisse être envoyé au président pour sa signature finale. Si elle est adoptée, la PIB serait une transformation pour l’industrie pétrolière et gazière du Nigéria et, en fin de compte, pour le pays dans son ensemble. Elle jouerait un rôle essentiel pour remédier aux inefficacités dont souffre la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC), de la lenteur de l’approbation des projets pétroliers aux insuffisances budgétaires qui entravent sa capacité à poursuivre des partenariats public-privé. De plus, le projet de loi créerait un environnement propice à la fois aux CPI et aux sociétés pétrolières locales, aiderait à protéger l’environnement et les intérêts des communautés hôtes, soutiendrait la diversification économique au Nigéria et, d’une manière primordiale, favoriserait la transparence dans l’administration des ressources pétrolières du Nigéria.

Mettre l’industrie pétrolière sur des bases solides pourrait également donner au gouvernement plus de marge de manœuvre lorsqu’il s’agit de résoudre les problèmes dans le delta du Niger – y compris les problèmes environnementaux, le manque d’opportunités économiques, la criminalité et l’activité militante – et de mettre en œuvre des réformes pour freiner l’avancée de Boko Haram. Si la production de pétrole et de gaz se stabilise, par exemple, le gouvernement nigérian sera mieux placé pour créer des emplois dans la région, à la fois dans le pétrole et dans d’autres secteurs, ce qui contribuerait probablement à une plus grande stabilité dans la région. Un investissement accru de la part des COI pourrait également déboucher sur des infrastructures indispensables dans la région, des programmes d’éducation et de formation professionnelle pour les habitants et des initiatives environnementales. Et des revenus pétroliers et gaziers plus importants – suivis d’une croissance économique et d’une diversification – aideraient le Nigéria à financer les ressources de sécurité dont il a besoin pour appliquer les mesures antiterroristes.

Les progrès de la PIB sont une bonne nouvelle, mais ce n’est pas la seule raison pour laquelle je suis optimiste pour le Nigéria. Le gouvernement mérite également des éloges pour avoir lancé, par l’intermédiaire du ministère des Ressources pétrolières, son premier appel d’offres sur les champs marginaux en près de deux décennies. Les champs marginaux contiennent des ressources découvertes laissées sans activité depuis plus de 10 ans. Le Nigéria offre 57 champs avec des ressources totales estimées à environ 800 millions de barils de pétrole et 4,5 billions de pieds cubes de gaz. Déjà, l’intérêt pour les domaines marginaux a été élevé, et cela pourrait être juste le coup de pouce dont le Nigéria a besoin pour raviver l’intérêt pour les ressources inexploitées du pays.

Je trouve également encourageant que le Nigéria se soit rapproché de la monétisation du gaz naturel grâce à la création par le Département des ressources pétrolières du Nigerian Gas Flare Commercialization Program. Une bonne canalisation du gaz torché pourrait avoir un impact sur le produit intérieur brut du pays jusqu’à 1 milliard de dollars par an, estime le ministère. Il pourrait créer jusqu’à 300 000 emplois, produire 600 000 millions de tonnes de gaz de pétrole liquéfié par an et générer 2,5 gigawatts d’électricité. Je félicite le gouvernement fédéral d’avoir créé ce programme. Ensuite, le Nigéria doit mettre en place la législation, l’infrastructure et la réglementation des prix nécessaires pour rendre la commercialisation possible. Le Nigéria a déjà mis en place des projets de gaz naturel liquéfié (GNL) réussis – cette année encore, Nigeria LNG a signé un prêt d’entreprise de 3 milliards de dollars pour financer la construction de son septième train de GNL.

L’adhésion du pays à l’Opep a également joué en faveur du Nigéria. Non seulement l’Opep a joué un rôle essentiel dans la stabilisation des prix mondiaux du pétrole grâce à des réductions de production cette année, mais elle s’est également employée à garantir la juste valeur des ressources pétrolières des pays membres en sachant qu’une industrie pétrolière florissante contribue à la croissance économique et à l’amélioration des normes de vie. Je pense que l’adhésion du Nigéria au Fonds de l’Opep pour le développement international (OFID), une institution multilatérale de financement du développement qui cible des projets clés – principalement dans les domaines de l’énergie, des transports, de l’agriculture, de l’eau, de l’éducation et de la santé – sera également bénéfique.

Il a également été encourageant d’observer la fantastique relation de travail entre le secrétaire général de l’Opep, Mohammad Barkindo, le ministre d’État aux Ressources pétrolières, Timipre Sylva, et le directeur général du groupe NNPC, Mele Kyari. En fait, Barkindo a récemment exprimé un fort vote de confiance envers les deux responsables nigérians. « Je connais à la fois Timipre Sylva en tant qu’ami et Mele Kyari en tant que collègue depuis très longtemps », a déclaré Barkindo l’année dernière. « J’avais travaillé avec les deux et je sais que s’ils travaillent ensemble, ils formeront une bonne équipe qui fournira le leadership et la société dont l’industrie a besoin. » La coopération et le respect entre ces dirigeants ne peuvent qu’être en faveur du Nigéria.

L’indépendance du Nigéria doit être respectée

Alors que le Nigéria prend des mesures pour réorganiser son industrie pétrolière, les dirigeants doivent être prêts à résister aux forces extérieures désireuses de refaire l’avenir du Nigéria à l’image qu’ils veulent pour lui. Je fais référence aux groupes environnementaux occidentaux désireux d’influencer la manière dont le Nigéria et d’autres pays africains passent de la production de combustibles fossiles à des sources d’énergie durables. Beaucoup ont fait pression sur les investisseurs pour qu’ils cessent de soutenir les projets pétroliers et gaziers en Afrique afin de prévenir le changement climatique. Franchement, ils doivent s’en abstenir.

Le Nigéria célèbre 60 ans d’indépendance. Ce n’est pas le moment de revenir en arrière. Les étrangers doivent respecter le droit du Nigéria de contrôler son propre destin – et de choisir la voie qu’il emprunte pour améliorer son avenir. Le Nigéria doit être celui qui cartographie et exécute sa transition énergétique. Et il doit le faire selon son propre calendrier. Et le Nigéria commence déjà, d’ailleurs, à adopter les technologies vertes. Avec un prêt de 350 millions de dollars de la Banque mondiale, le Nigéria prévoit de construire 10 000 mini-réseaux solaires d’ici 2023. Le gouvernement investit également dans des projets hydroélectriques, notamment la centrale électrique de Mambilla de 5,79 milliards de dollars au centre du Nigéria.

Tous ces projets peuvent travailler main dans la main pour contribuer à la croissance économique du Nigéria. Personne ne devrait faire pression sur le Nigéria pour qu’il passe à côté des nombreux avantages offerts par ses ressources pétrolières. Et aujourd’hui, alors que le pays s’oriente enfin vers l’exploitation de ses ressources pétrolières et gazières d’une manière qui pourrait vraiment profiter aux Africains de tous les jours, il serait déchirant de voir des non-Africains faire dérailler le Nigéria.

Le Nigeria est si proche

Sir Abubakar Tafawa Balewa, premier Premier ministre du Nigéria, a dit ceci à propos d’un Nigéria indépendant: « Notre avance politique ne sera d’aucune utilité si elle n’est pas soutenue par le progrès économique. »

Il avait absolument raison.

Le Nigéria a besoin de revenus pour résoudre ses problèmes, et ces revenus sont à la portée du Nigéria. Avec la législation nécessaire en place, le Nigéria peut revitaliser et capitaliser sur son industrie pétrolière. Et au lieu de brûler son abondant gaz pour alimenter en électricité, le Nigéria peut commencer à l’utiliser pour alimenter les ménages et les entreprises. Fournir des matières premières pour la pétrochimie et aider à diversifier l’économie. Le gaz peut même jouer un rôle précieux dans la transition énergétique du Nigéria en fournissant des revenus pour des initiatives vertes.

Tout cela est possible, le Nigéria a simplement besoin du type de législation et de politiques propices à la prospérité des entreprises. L’une des meilleures façons pour le Nigéria de célébrer son 60e anniversaire en tant que nation indépendante serait de mettre enfin ces mesures en place.

Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.